Poivre de Kampot

GD Star Rating
loading...

Crevettes au poivre de Kampot

C’est à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle que la région de Kampot connut une véritable «fièvre du poivre». Si le Chinois Tchéou Ta Kouan fait allusion au poivre du Cambodge dès le XIIIème siècle, la culture intensive du poivre remonte au début de la guerre d’Aceh en Indonésie, (1873-1908), le sultan d’Aceh ayant fait brûler ses poivrières en 1873-1874 pour ne pas laisser tomber cette richesse aux mains de ses ennemis hollandais et une partie de la production se déplace au Cambodge, dans la région de Kampot.

En 1930, dans l’ouvrage collectif «Un empire colonial français, l’Indochine», sous la direction de G. Maspero, il est noté que «le poivre occupe, de beaucoup, le premier rang [des denrées dites coloniales d'exportation]. À peu près tout le poivre consommé en France : 2.100 tonnes en 1927 ; 2.600 tonnes en 1928 (commerce général : 3.200 à 3.500 tonnes) provient de l’Indochine, surtout depuis que, de par la loi du 13 avril 1928 sur le régime douanier colonial, les poivres indochinois sont admis dans la métropole sans limitation de quantités ; et il n’y a rien à espérer de plus de ce point de vue. La colonie [d’Indochine] en exporte cependant davantage : 3.416 tonnes en moyenne depuis trois ans, et même 4.235 tonnes en 1927. La culture a à peu près disparu (460 tonnes pour la campagne de 1907) de Cochinchine, où elle était dans la province de Hatien entre les mains des Chinois de Hainan ; mais elle se maintient au Cambodge.».

Poivre de Kampot

On trouve également des références aux poivrières de Kampot dans l’oeuvre de Marguerite Duras – Un Barrage contre Le Pacifique. Celle-ci séjourna en effet à Kampot jusqu’à son adolescence. Le poivre fut donc une des industries principales de la région de Kampot. Sa saveur et sa pugnacité en firent un des meilleurs poivres au monde, en vertu de quoi il régnait sans conteste dans les cuisines des plus grands chefs français. Malheureusement, les événements survenus au Cambodgeannihilèrent quasiment la production. Les infrastructures ont été détruites, les outils et machineries ont disparues et le niveau d’éducation a très fortement reculé. Près de 35% de la population vit aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté (0.33 € par jour par personne).

Dans la région de Kampot, le poivrier est cultivé sur des tuteurs de bois mort installés sur un terreplein de terre surélevé pour permettre un meilleur écoulement des eaux de pluies. En condition de culture normale, la variété exploitée à Kampot devrait produire entre 2.5 et 3 kilos par pied et peut atteindre 5 kilos dans des conditions exceptionnelles. La densité moyenne d’une exploitation est de 2500 pieds à l‘hectare.

Poivre de Kampot, 4.7 out of 5 based on 3 ratings


Cuisine asiatique et recettes cambodgiennes located at , Cambodia, . Reviewed by rated: 1 / 5